NeuroKines                                          

A

Epilepsie et microglie chez le poisson zèbre

Etude de l’implication des cellules microgliales dans la physiopathologie des épilepsies chez le poisson zèbre

L’équipe de Nadia Soussi-Yanicostas utilise des approches in vivo chez le poisson zèbre, pour tenter de mieux comprendre le rôle des cellules microgliales, ainsi que celui des interactions microglie-neurones, dans le contexte d'un cerveau épileptique. En effet, en dépit des nombreuses études qui montrent l'implication de ces cellules dans la physiopathologie des épilepsies et de leurs comorbidités, et, tout particulièrement, dans les formes très précoces, plusieurs questions essentielles demeurent sans réponses, comme de savoir si les activités de la microglie sont bénéfiques ou néfastes pour les neurones hyperexcités et pour la maturation ultérieure des réseaux neuronaux.

En combinant plusieurs modèles génétiques d’épilepsie, des marqueurs cellulaires et calciques fluorescents, ainsi que les techniques d'imagerie in vivo en temps réel et quantitatives, nous tentons de répondre aux questions suivantes : Comment la microglie réagit-elle à la présence de neurones hyperexcités et quelles sont les conséquences fonctionnelles de cette activité sur la physiologie de ces neurones. En particulier, nous voulons identifier les mécanismes et les voies de signalisation qui sous-tendent les échanges microglie-neurones "épileptiques” durant et après les crises. Enfin, voulons étudier les conséquences des crises d’épilepsie précoces, ainsi que la réponse de la microglie à ces crises, sur la maturation et le fonctionnement ultérieur du cerveau.

Nadia Soussi-Yanicostas

DR Inserm

Membres de l'équipe

Pierre Gressens

Directeur de l'unité NeuroDiderot

Juliette

Van Steenwinckel

Ingénieur de Recherhces

Tifenn

Le Charpentier

Assistante Ingénieur

Leslie Schwendimann

Assistante Ingénieur

Valérie Faivre

Ingénieur d'études

Sophie Lebon

Ingéneur de Recherches